Dans le monde chaotique dans lequel nous vivons, il n’est pas facétieux de demander ce qu’il en est des enfants? Comment distinguent-ils la ligne entre liberté d’expression et discours haineux? Comment composent-ils avec ce qu’ils voient aux nouvelles et dans les médias sociaux?

Certains enfants canadiens ont la chance d’avoir un réseau d’adultes bienveillants dans leur vie : des parents, des tuteurs, des membres de la famille, des entraîneurs et des enseignants pour les guider.

Qu’en est-il des jeunes vulnérables du pays? Comment les enfants de couleur se sentent-ils quand ils voient des partisans de la suprématie blanche manifester dans les rues de la ville? Comment les jeunes immigrants réagissent-ils en voyant des enfants comme eux se faire expulser du seul pays qu’ils connaissent? Comment les jeunes de familles défavorisées ou côtoyant au quotidien les activités criminelles peuvent-ils briser ces cycles?

Un rapport de Children First Canada indique qu’un enfant canadien sur cinq vit dans la pauvreté et la statistique grimpe à un enfant sur quatre chez les jeunes Autochtones. Un enfant sur cinq a déjà songé au suicide, et plus de la moitié d’entre eux avaient élaboré la façon de faire. Selon la Fondation canadienne des femmes, seulement 36 % des filles de 6e année disent avoir confiance en elles et la statistique chute à 14 % chez les fillettes de 10 ans.

Les jeunes canadiens ont besoin d’aide. Ils ont besoin de modèles positifs. Ils ont besoin d’une relation stable et engagée avec un adulte attentionné. Ils ont besoin de mentors. Ils ont besoin que leurs concitoyens canadiens, des gens comme nous, passent à l’action.

Avec un engagement renouvelé envers l’équité, la diversité et l’inclusion, les Grands Frères Grandes Sœurs promettent de créer des lieux sécuritaires et inclusifs pour les jeunes Canadiens. À cet effet, nous demandons à tous les individus, écoles, milieux de travail et quartiers (à la communauté canadienne entière) d’adhérer tout comme nous à cet engagement.

Tout comme nos mentors bénévoles s’impliquent chaque jour, nous devons faire de même.

Quand nous servons de mentors aux jeunes et que nous les aidons à traverser des situations difficiles et à parler de sujets délicats, leur santé émotionnelle, économique et sociale s’améliore radicalement. Les jeunes qui ont eu un mentor dans le cadre d’un programme des Grands Frères Grandes Sœurs sont 17 % plus susceptibles d’avoir un emploi en tant qu’adulte. Quatre-vingt-sept pour cent disent avoir de solides réseaux sociaux et 96 % se disent heureux.

Quand des jeunes sont jumelés avec un adulte bienveillant, cela améliore leur vie et les communautés remplies de jeunes gens heureux et sains profitent à tous.

Au cours des dernières semaines, nous avons vu la haine et le fanatisme faire surface au nom du nationalisme. Il n’y a rien canadien en cela et les Grands Frères Grandes Sœurs au Canada s’opposent fermement à la discrimination et à la haine.

Nous sommes engagés à être du bon côté de l’histoire. Nous sommes engagés à être du côté des jeunes Canadiens et à créer des lieux sécuritaires et inclusifs pour eux et leur famille. Nous sommes solidaires à tous les jeunes Canadiens afin d’assurer que les valeurs d’équité, de diversité et d’inclusion sont à l’avant-plan de qui nous sommes, de ceux avec qui nous travaillons et de ce que nous faisons.

Imaginez un monde sans intimidation. Imaginez un monde avec plus d’estime de soi. Nous sommes tous à même de créer ce monde.

.

"inclusive spaces" blog image