Les professionnels du domaine du mentorat de partout au Canada viennent de passer trois incroyables journées à apprendre, discuter et travailler d’arrache-pied entre collègues afin d’aider à tracer la voie du mentorat au Canada.

Équipée des plus récentes recherches démontrant l’impact des relations bilatérales saines – du mentorat! – sur le développement du cerveau de l’enfant, la volonté d’agir n’a jamais été aussi forte.

Je suis personnellement et professionnellement ravi des conversations tenues, revigoré par l’enthousiasme et inspiré par mes collègues et les jeunes participants du Congrès national 2017.
Cet événement annuel des Grands Frères Grandes Sœurs a commencé par une prise de conscience de Torie Weiston-Serdan, directrice générale du réseau d’action pour le mentorat des jeuness (Youth Mentoring Action Network). Elle nous a rappelé que le contexte dans lequel les jeunes vivent leur vie est essentiel au processus de mentorat et qu’ils doivent être au cœur du développement de nos programmes.
Se penchant sur les problèmes qui affectent le secteur à but non lucratif dans son ensemble, Julie Sweetland de l’institut Frameworks, a présenté une nouvelle approche au marketing pour une cause. Elle nous a tous rappelé que la façon dont nous parlons de nos services influence directement la façon dont les gens soutiennent nos organisations. Elle nous a mis au défi de nous départir de certaines vieilles habitudes pour laisser entrer un nouveau langage.
Les employés et les bénévoles des Grands Frères Grandes Sœurs à travers le Canada ont ensuite examiné rigoureusement le réseau et nos processus internes. Les conversations, dirigées par David Shapiro de MENTOR, ont fusé au sujet de ce à quoi une stratégie pancanadienne sur le mentorat pourrait ressembler, des joueurs traditionnels et non traditionnels devant être impliqués et de la façon dont nous devons équiper nos gens afin de réaliser cette vision.
Avec la viabilité au premier rang des priorités pour chaque organisation à but non lucratif, Marnie Spears de KCI a présenté les plus récentes tendances en matière de philanthropie et nous a judicieusement conseillé de passer de survie à réussite.
Accroître notre impact, amplifier notre voix, renforcer notre leadership et améliorer notre viabilité ne sont pas des sujets uniques aux Grands Frères Grandes Sœurs. Ils ne sont pas uniques au mentorat. Ce sont des enjeux de l’ensemble du secteur.
L’honnêteté – et le courage! – démontrés au long du dialogue ouvert et respectueux de la semaine dernière sont des signaux brillants et prometteurs pour l’avenir du mentorat, ainsi que le secteur à but non lucratif.
Comme l’a si bien dit Karine, une ancienne des Grands Frères Grandes Sœurs et déléguée jeunesse : « Grands Frères Grandes Sœurs ce n’est pas que des jumelages individuels et des programmes scolaires. C’est véritablement un groupe de gens qui vont de l’avant afin de changer notre pays. »

Peter Coleridge
Président national
et chef de la direction
Grands Frères Grandes Sœurs du Canada